To read the full version of this content please select one of the options below:

La doctrine touristique

Dr K. Krapf (Directeur de l'Institut de Recherches touristiques à l'Université de Berne, Berne)

The Tourist Review

ISSN: 0251-3102

Article publication date: 1 January 1946

Abstract

De tous temps les faits ont marqué le pas sur les idées. Il en est ainsi du tourisme dont l'apparition a soulevé un nombre croissant de problèmes d'ordre pratique: outillage hôtelier, transports, manifestations, etc. C'est dans ce cadre technique, empirique, que le tourisme et son économie se sont présentés aux yeux du monde. La science ne trouva aucun intérêt à se pencher sur un phénomène qui ne semblait être assimilable ni à la production des richesses, ni à leur répartition. C'est pourquoi la genèse du tourisme moderne n'a point préoccupé les sciences économiques et sociales, qui se trouvaient alors sous l'influence de l'école classique. Tout au plus quelques économistes, traitant du luxe, y avaient incorporé les dépenses somptuaires occasionnées par les voyages et portaient des jugements parfois sévères, parfois indulgents, sur ce qu'ils appellaient, comme John Stuart Mill, une consommation improductive.

Citation

Krapf, K. (1946), "La doctrine touristique", The Tourist Review, Vol. 1 No. 1, pp. 5-7. https://doi.org/10.1108/eb059601

Publisher

:

MCB UP Ltd

Copyright © 1946, MCB UP Limited